INTIMIDAD

Palabras a golpes de fuego.
Sensaciones que explotan por emerger.
Opresión en el pecho por sentir.
Lo bueno y lo malo de ser yo.

miércoles, 16 de enero de 2008

Elle disait





Elle disait
jai deja trop marcher
mon coeur est deja trop lourd de secret
trop lourd de peine

elle disait
je ne continue plus
ce qui mattend,je lai deja vécu
cest plus la peine

elle disait que vivre était cruel
elle ne croyait plus au soleil
ni au silence des églises
meme mes sourires lui fesaient peur
cétait lhiver dans le fond de son coeur

elle disait que vivre était cruel
elle ne croyait plus au soleil
ni au silence des églises
meme mes sourire lui fesaient peur
cetait lhiver dans le fond de son coeur

le vent n'a jamais été plus froid
la pluie plus violente que ce soir-là
le soir de ses 20 ans
ce soir où elle a éteint le feu
derrière la façade de ses yeux
dans un éclair blanc

elle a surement atteint le ciel
elle brille a coté du soleil
comme les nouvelles églises
et si depuis ce soir-là, jai peur
cest qu'il fait froid dans le fond de mon coeur

elle a surement rejoins le ciel
elle brille a coté du soleil
comme les nouvelles églises
et si depuis ce soir-là, jai peur
cest qu'il fait froid dans le fond de mon coeur

Isabell Boulay (Francis Cabrel)

2 comentarios:

Iris dijo...

llevo tiempo visitando tus dos blogs...ahora tres...y solo decirte que me encanta todo lo que escribes...y que para mi son muy importantes....tus palabras, solo queria que lo supieras...que estoy aqui...leyendote...siempre.
saludos

...solo una mujer. dijo...

Gracias Iris.
Siempre podrás leerme, allá donde vaya.

Un beso, de hada.

Regalos que recibo